Panier
Icone Fermer la variante

Marie-Paule, productrice de chanvre pas comme les autres, cultive la plante du futur près de Strasbourg.

Icone Petite flèche droite
Marie-Paule, productrice de chanvre pas comme les autres, cultive la plante du futur près de Strasbourg.

 

Le soleil stoppe la pluie d'août pour nous autoriser à partir à la rencontre d'un de nos producteurs de chanvre. Le rendez-vous est donné au milieu de la campagne d'Uttenheim, petit village du sud de l’Alsace. Bienvenue dans un monde parallèle, loin des villes et proche des champs.

Marie-Paule est souriante et impatiente de nous montrer son univers, elle nous attend devant sa ferme avec son mari Olivier et son fils cadet, Sacha. Elle est une fille du village, elle a grandi dans la ferme de ses parents entourée de ses animaux. Toute petite déjà, elle se passionne pour la nature et les bêtes. A 15 ans, elle possède déjà son petit élevage de chiens et se prend de passion pour les concours canins.

Après des études agricoles, elle décroche son premier job dans un élevage intensif de porc.

“J’étais enfermée dans des bâtiments, je faisais naître les petits pour les élever avant de les envoyer à l'abattoir.”

 

Elle tiendra 11 ans avant de se promettre de ne plus y remettre les pieds. Cet épisode de sa vie marquera un tournant. Elle se remet en question et imagine se reconvertir vers une vie plus en accord avec ses valeurs. Elle a l'envie de privilégier le bien être animal, manger moins de viande et écouter davantage la nature.
Elle imagine déjà son futur élevage de chèvres qui ne suivra pas la tendance à la productivité. Elle fera le choix de méthodes plus naturelles, comme celle de ne pas séparer les chevreaux de leur mère à la naissance.

 

“En 2017, je reviens progressivement à la ferme de mes parents et je les convertis au bio. On était la seule ferme bio du coin, les gens du village nous prenaient pour des pestiférés, ils ne croyaient pas au bio et n’imaginaient pas que l’on puisse arriver à cultiver sans traitements.”

 

Un champ de chanvre composé de ses plantes et feuilles prêtent à être récoltées.Champ de chanvre Alsacien. La plante se sème en mai, les graines sont récoltées en septembre.

 

La ferme de Marie-Paule, c'est 30 hectares de cultures dont 5 de chanvre, 30 chèvres et 8 chiens. Elle cultive principalement du blé, luzerne et épeautre.     
Ses parents ont cultivé le tabac pendant 40 ans : la récolte se faisait à la main. Mais la main d'œuvre était difficile à trouver, son coût trop important, les prix ne faisaient que baisser : ils ont décidé d’arrêter en 2014.

 

“La culture du tabac ne rapportait plus assez.”

 

“Le chanvre c’est simple à cultiver, il faut laisser la nature s’exprimer et ça nous plait ! Même en année sèche, il n’y a pas besoin d’irrigation et de gaspillage d’eau”, sujet qui tient à cœur à Marie-Paule et Olivier. Le chanvre est l'une des cultures les plus écologiques au monde : elle ne nécessite pas de traitements, et 1 ha de chanvre capte jusqu'à 4 fois plus de CO2 qu’un ha de forêt !
Le chanvre est aussi excellent pour la rotation des cultures afin de garder un sol de bonne qualité.”

 

 

Récolte des graines de chanvres bio en alsace

Les graines de chanvre sont un trésor pour l'alimentation, elles sont utilisées pour beaucoup d'applications différentes.

 

Ruches et abeilles au milieu d'un champ de chanvre biologique

Les abeilles ne sont pas là pour polliniser le champ car à l'inverse de beaucoup de plantes, le chanvre se pollinise par le vent ! Elles sont tout de même présentes pour récolter le pollen, très riche en nutriments, il va leur servir à faire la fameuse gelée royale.

 

La plante de chanvre est robuste, elle apporte donc une sécurité financière : l’an dernier, après un coup de grêle, les tiges et feuilles avaient soufferts, on les pensait détruites. Elles ont en fait progressivement retrouvé vie et se sont à nouveau ramifiées ! Chose impensable avec une culture comme le maïs qui n’aurait pas survécu.

 

“On est fier quand on réussi à faire une belle récolte en ayant laissé la nature s'exprimer au maximum tout en intervenant le moins possible.”

 

Graines et feuilles de chanvre dans la campagne Alsacienne
Ses tiges de 2m plient mais ne cassent pas face au vent. Le chanvre est très résistant et ne nécessite pratiquement pas d'eau, il pousse aussi facilement qu'une mauvaise herbe.

 

“L’odeur est vraiment particulière, difficile à décrire, un monde nouveau et inhabituel. Quand on fauche le chanvre, l’odeur se répands à 3 km, tout le village est au courant !”

 

Le métier d’agriculteur est difficile : on ne calcule pas ses heures et les finances sont vraiment serrées. Son mari, Olivier, doit travailler à temps plein dans le BTP car les revenus de la ferme ne sont pas suffisants.

Marie-Paule se lève tous les matins à 5H30, lâche les chiens, va donner à manger aux chèvres, fait la traite, prépare son fils pour l’amener à l’école puis c'est retour à la maison pour le meilleur moment de la journée : le petit déjeuner, accompagné d'une tasse de thé en ne pensant à rien.


Quand elle n’est pas au milieu de ses champs ou de ses chèvres, elle aime passer du temps avec ses chiens et son petit élevage de 6 femelles : Cocker Anglais, Pinscher, etc. Elle possède aussi un Patou, un chien de montagne des Pyrénées qui lui sert à garder son troupeau de chèvres.
Son mari, aime lui passer du temps à bricoler en rêvant de faire un jour son premier vol en paramoteur, pour “aller dans les airs, comme les oiseaux.”


L’an prochain, Marie-Paule continuera ses expérimentations : elle va semer une association de lentilles et de camelines, ce qui en fera une délicieuse huile !

 

Abeille récoltant du pollen sur une plante de chanvre pour en faire de la gelée royale

Abeille récoltant du pollen sur une plante de chanvre pour en faire de la gelée royale.