PANIER
translation missing: fr.general.icons.icon_title

Pourquoi la brique n’est jamais recyclée

translation missing: fr.general.icons.icon_title
Pourquoi la brique n’est jamais recyclée

La fameuse brique que l’on voit partout, à chaque étage de rayon, c’est un classique de nos vies modernes et une habituée de la poubelle. On l’utilise pour les laits végétaux, les jus et un tas d’autres liquides.

Le leader mondial de ce fameux contenant qui ressemble à du carton, c'est l’entreprise Tetrapak, un mastodonte Suédois qui domine la "planète brique" depuis 50 ans avec ses 180 milliard de briques vendues dans le monde chaque année et ses 10 milliards d'euros de chiffre d’affaire annuels.

Une brique en carton ? 

Pas vraiment, cette brique est ce qu'on appelle un emballage complexe. Elle est composée de 8 matériaux différents, assemblés en couches très très fines. 

 

composition d'une brique tetrapack

 La composition d'une brique Tetrapack

 

Vous voyez déjà un début de problème, non ? 

Si par miracle, la brique que vous avez jeté en poubelle jaune arrive dans un centre capable de traiter ce déchet, alors, que se passe t-il vraiment ? 

La brique passe par différentes étapes de destruction et bains de séparations chimiques, qui ont pour objectif de séparer les différentes couches de matériaux. Le seul vrai survivant de ce processus est le carton. Le problème, c’est qu’il sort en mauvais état et que sa seule utilisation possible est de le transformer en papier toilette ! On appelle ca du décyclage et non du recyclage.

La définition du décyclage : aussi appelé dévalorisation, c'est un procédé par lequel on transforme un déchet matériel ou un produit inutile en un nouveau matériau, ou produit de qualité/valeur inférieure.

Exemple de décyclage : un livre devient du papier toilette,
Exemple de recyclage : une bouteille en verre redevient une bouteille en verre.

Seulement 1 centre en France sépare aujourd’hui le carton de ses briques, il se situe dans les Vosges (88). On vous laisse imaginer le coût de transport et l’impact carbone du transport de ces déchets ! Par conséquent, très peu de briques traversent la France pour être transformées en papier toilette dans ce centre. Personne n’a envie de payer le transport de ce déchet sans valeur et ces briques finissent souvent incinérées ou enfouies dans leur région d’origine.

 

Brique de lait terminant sa vie dans la nature

 

Concernant les 6 autres matériaux, ils finissent leur chemin au centre de tri où ils seront incinérés ou enfouis. Le bouchon en PEHD pourrait être réutilisé, mais impossible de dévisser de manière individuelle les bouchons de chaque bouteille... De même pour l’aluminium, qui n’est pas réutilisable car il est imbriqué avec un plastique, ce qui donne un mélange plastique/alu aussi appelé PolyAl compliqué à traiter.

Des projets sont en cours depuis de nombreuses années pour trouver des solutions afin de réutiliser ce PolyAI, mais cela coûte extrêmement cher et personne ne veut développer cette activité non rentable, qui proposerait un plastique final plus cher et de moins bonne qualité qu’un plastique neuf.

Y a t-il une lueur d’espoir ? 

Malgré les campagnes de communication du groupe, devenu un expert du greenwashing, le constat n’a pas évolué pour le tetrapack : les millions investis n’ont débouché sur aucune vraie solution, les principaux freins restant la complexité et le coût de traitement de ces emballages. 

Le groupe évoque la possibilité d’une brique 100% carton en 2040, mais on doute fortement de cette promesse, l’annonce ayant été faite suite à la loi du gouvernement Français interdisant la vente d’emballage plastique à usage unique en 2040. Loi qui, sous la pression des lobbies, sera sûrement reportée ou revue à la baisse.

Si vous souhaitez approfondir la thématique, ne comptez pas trop sur google, 95% des contenus disponibles sur le sujet ont été produits par Tetrapack ou des agences de communication missionnées par la marque.